2.328 Choisir et conserver ses Akées

Le fruit, en forme de poire rouge brillant à jaune orangé est une capsule à trois loges s’ouvrant à maturité pour laisser apparaître un à trois grosses graines oblongues à sphériques, de couleur noir luisant, surmontées d’un arille molle, crémeuse ou spongieuse, à chair blanc jaunâtre.

Temps Exécution Difficulté Usage Précaution
Variable Expert Akée Danger d’intoxication, demandé l’aide d’un expert avant de le consommer

Achat

  • On ne peut consommer que l’arille sur l’akée (Blighia Sapida), privilégiez donc l’akée déjà préparé ou même intégré à un repas cuisiné par des spécialistes pour éviter tout risque toxique.
  • Le fruit de l’akée n’est pas comestible en totalité : seules les arilles charnus surmontant les graines sont comestibles, tandis que le reste du fruit ainsi que les graines sont toxiques.
  • Les fruits verts ou trop mûrs sont également vénéneux.
  • Le fruit ne doit donc être récolté qu’à complète maturité, lorsqu’il s’ouvre naturellement.
  • Il doit donc également être consommé frais.

Conservation

  • Si vous achetez l’akée frais, il se conservera plusieurs jours à température ambiante.

Préparation

Si vous n’avez jamais utilisé d’akée, ne le préparez pas vous-mêmes et demandez les conseils d’un spécialiste de la cuisine jamaïcaine.

Mariage des saveurs

L’akée est un fruit proche du litchi au goût légèrement sucré.

L’akée est typique dans la cuisine de la Jamaïque, on le retrouve dans de nombreuses recettes traditionnelles comme l’aki à la morue.

Commentaires

Autres noms : Aki, Daki, Kaha, Arbre à fricassée, Ris de veau, Arille du pommier d’aki

Il est le fruit emblématique de la Jamaïque

L’Akée, une plante à deux toxines

Les fruits non mûrs contiennent deux toxines à savoir les hypoglycines A et B. L’hypoglycine A se retrouve dans les graines et les arilles, tandis que l’hypoglycine B ne se trouve que dans les graines. L’hypoglycine est un acide aminé dérivé de l’alanine qui est transformé dans l’organisme en acide méthylènecyclopropylacétique (MCPA) qui est également toxique, notamment pour le foie.

Les accidents dus à la toxicité de ce fruit sont un problème récurrent notamment à la Jamaïque et à Haïti, mais aussi en Côte d’Ivoire, au Togo ou au Burkina Faso. Sur le plan clinique, la pathologie qu’il entraîne est appelée « maladie des vomissements de la Jamaïque ». Outre la diminution de la glycémie, l’hypoglycémie provoque un syndrome digestif fait de vomissements incoercibles, sans diarrhée, pouvant entraîner des convulsions et la mort, en particulier chez les jeunes enfants. (Source : wikipedia; https://fr.wikipedia.org/wiki/Maladie_des_vomissements_de_la_Jama%C3%AFque )

Pour une bonne utilisation de l’Akée, il est conseillé de privilégier les arilles d’akée bien mûrs ou de les consommer sous forme de compléments alimentaires ou d’huile essentielle pour plus de sécurité.

 2.328 Choisir et conserver ses akées.jpg

 

Laisser un commentaire