2.374 Choisir et conserver ses baies miracles

Les baies miracles (Synsepalum dulcificum) poussent sur des arbustes. Les fruits ovales se rétrécissent légèrement et ont une longueur de deux à trois centimètres. Ils mûrissent du vert au rouge vif et sont généralement récoltés avec leur tige grossière et leur calice intact. La chair translucide intérieure entoure une seule graine, et est légèrement douce, mais pratiquement insipide. Cependant, après avoir mangé une baie miraculeuse, le palais est modifié pour percevoir les aliments acides comme sucrés. Le gout des aliments acides tel que les limes, citrons, et même le vinaigre, est complètement transformer, ils deviennent sucrés et plaisant. Cet effet est dû à la miraculine.

La baie par elle-même a une faible teneur en sucre, légèrement doux. Elle contient une molécule de glycoprotéine, avec certaines chaînes de glucides qui sont traînées, appelées miraculine. Lorsque la partie charnue du fruit est mangée, cette molécule se lie aux papilles gustatives de la langue. À un pH neutre, la miraculine lie et bloque les récepteurs, mais à faible pH (résultant de l’ingestion d’aliments acides), la miraculine lie les protéines et devient capable d’activer les récepteurs doux, ce qui entraîne la perception du goût sucré. Cet effet dure jusqu’à ce que la protéine soit lavée par la salive (jusqu’à environ 30 minutes). Les noms des fruits miracles et des baies miracles sont partagés par Gymnema sylvestre et Thaumatococcus daniellii, qui sont deux autres espèces de plantes utilisées pour modifier la douceur perçue des aliments.

Temps Exécution Difficulté Usage Précaution

Variable

Moyenne Baies miracles

Manger avec modération, plus utilisé en tant qu’exhausteur de gout que comme aliment.

Achat

  • Classé comme ‘aliments nouveaux’ par l’union européenne, cet aliment n’a pas encore d’autorisation de vente en frais.
  • Vous pourrez par contre retrouver des comprimés.
  • Au canada certaine entreprise le vende congeler.
  • Il est classé comme médicament et produits de santé par santé Canada http://webprod.hc-sc.gc.ca/nhpid-bdipsn/ingredReq.do?id=6833&lang=fra

Conservation

  • La durée de conservation des fruits frais est de seulement 2-3 jours.
  • La pulpe lyophilisée est disponible en granulés ou en comprimés, et a une durée de conservation de 10 à 18 mois.

Préparation

  • Laver.
  • Parce que la miraculine est dénaturée lorsque chauffée, la pulpe doit être utilisé sans cuisson.

Mariage des saveurs

  • Utilisé dans les fêtes de ‘saveurs’ ou les convivent mangent une baie et déguste de nombreux aliments acides et échangeant leurs remarques gustatives de façon festives.
  • Les baies peuvent être séchées et réduites en poudre, puis appliqué en bordure du bord d’un verre comme garniture pour un cocktail amère.
  • Utilisé en cuisine moléculaire, ils peuvent être mis en place stratégiquement dans des menus de dégustation progressive.
  • En Afrique occidentale tropicale, d’où provient cette espèce, la pulpe de fruit est utilisée pour adoucir le vin de palme.
  • Ces baies sont parfois vendu sous forme de petite capsule 100 % naturelle dans les magasins de farces et attrapes.

Commentaires

  • Autres noms pour ces baies incluent des baies magiques, des baies miraculeuses ou des baies aromatiques.
  • Les baies miracles ne doivent pas être confondues avec une autre plante dite miraculeuse, Gymnema sylvestre, dont le nom hindi, gurmar, signifie « destructeur du sucre».

Dans les années 1970 aux États-Unis, une tentative a été faite pour commercialiser le fruit pour sa capacité à transformer les aliments non sucrés en aliments sucrés sans pénalité calorique, mais a fini par échouer lorsque la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis a classé la baie comme aliment additif. Il y avait des circonstances controversées avec des accusations selon lesquelles le projet a été saboté et les dossiers de recherche volés par l’industrie du sucre afin d’éviter les pertes d’affaires causées par une baisse de la demande de sucre. Toutefois, la FDA a refusé de recevoir une pression de l’industrie sucrière. Des arguments similaires à ceux utilisés pour cette classification ont été utilisés pour la réglementation de la FDA sur la stévia maintenant étiquetée comme un « complément alimentaire » au lieu d’un «édulcorant». Source wikipedia

 

Laisser un commentaire